Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Interview du Journal à part #10

Publié le par Frédéric Lavaud, sculpteur.

Interview du Journal à part #10

“La Magie de la matière”

Frédéric Lavaud

Le métal, une matière froide ? Déshumanisée ?

Certainement pas ! Sous les doigts de fée de Frédéric Lavaud, voilà qu'il devient plein de vie, onirique. Né en1967, l'artiste est un touche à tout.

Plein de ressources, il aime détourner, s'approprier les objets. Il travaille d'abord à l'Opéra de Lille en tant que constructeur et décorateur, puis au Théâtre de la Salamandre, actuel Théâtre du Nord : un contact avec le monde artistique qui le marquera de son influence. Il sera ensuite pris d'un besoin vital d'exprimer sa créativité.

Aujourd'hui, il est en perpétuelle recherche de nouveauté. De son travail plein de fraîcheur se dégage une personnalité forte et atypique. Il s'approprie la matière, l'espace. C'est tout un univers qui se dégage des mains de Frédéric Lavaud. Un univers plein de poésie où la masse du métal s'évapore pour laisser place à des figures aériennes, où les surprises sont permanentes, aussi bien pour le public que pour l'artiste. Celui-ci se laisse en effet volontiers porter par son imagination, curieux de voir où elle le mènera. Un délicieux voyage !

Pourquoi un tel intérêt pour les matériaux de récupération, le métal ?

J'ai essayé de nombreux matériaux. J'avais conscience que je pouvais m'exprimer par la création mais je ne savais pas comment. Au départ je pensais devenir peintre… et puis j’ai commencé à ramasser tout ce qui me tombait sous la main. J'ai commencé à accumuler des matériaux.

Au début j'étais paralysé par toutes les possibilités qu'ils offraient, je n'osais pas trop les toucher. J'ai commencé par travailler des moulages, pour dupliquer mes premières créations. Puis j'ai trouvé le processus trop long. J'y passais trop de temps et d'énergie alors que le plus important, c'était de créer !

Un jour j'ai entendu un artiste dire à la radio « Il faut accepter de se tromper, de rater, de faire des choses moches. Ce n'est pas grave ! ». Ça m'a libéré, je me suis lâché. J'ai fait « n'importe quoi » (rires).

J'ai commencé mes premières expositions grâce à Bénédicte Dubart, qui a été ma première acheteuse. J'ai commencé à explorer les matériaux de récupération, à les assembler en trois dimensions. Des personnages, des tableaux en volume, des mobiles de toutes sortes... Ça a duré quelques années. J'avais du mal à trouver une unité dans mon travail, à présenter des pièces par thèmes ou par séries. Plus ça allait, moins je trouvais de matériaux intéressants à collecter. Avant, c'était facile de trouver du métal, on pouvait aller chez les ferrailleurs, il y avait les encombrants aussi. Maintenant c'est devenu beaucoup plus compliqué.

Finalement, à force de chercher des solutions, j'ai découvert comment souder de petits fils de fer. Je me suis limité à ça et à la tôle, ce qui m'a ouvert de nouvelles et passionnantes voies de création. Ce sont des matériaux simples mais qui permettent de tout faire. C'est comme dessiner dans l'espace !

Comment vous est venue la vocation artistique ?

Ma mère créait des spectacles de marionnettes. J'avais ça dans un coin de la tête. Mais comme je n’étais pas hyper bon à l'école, je n'ai pas été pris aux Beaux-Arts.La création, c'est venu après. J'ai commencé par faire des tas de petits boulots pour gagner ma vie ! Ça s'estimposé à moi plus tard, comme une nécessité absolue. Pourquoi ? Je ne sais pas. C'était il y a quinze ans, et depuis je n'ai pas lâché.

Parlez-nous de vos débuts en tant qu'artiste ?

En 2001, je venais d'avoir de gros problèmes de santé, j'étais un peu déprimé. Une amie, Caroline Blondeau, était dans un atelier à Marcq-en-Baroeul avec Bénédicte Dubart. Elle m'a proposé de venir travailler avec elles.

C'était formidable, j'ai bénéficié de leur énergie, on s'est très bien entendu. Caroline a commencé à travailler sur des expositions chez elle, avec une douzaine d'artistes. C'était mes premières expositions. J'avais un endroit pour travailler, un pied dans les expositions, une énergie pour avancer... Ça a été une sorte de thérapie personnelle.

Pour créer un univers tel que le vôtre, de quoi vous inspirez-vous ?

Je m'inspire de tout ce que j'ai emmagasiné au fil du temps, toutes les expériences vécues. Mes images d'enfance, mes souvenirs, des films... J'ai des tas d'influences, c'est un gros mélange !

S'y ajoute une dimension que j'ai acquise avec mes problèmes de santé et ma réflexion sur le monde dans lequel on vit. Il y a la notion de fragilité, qu'on saisit ou pas selon son état d'esprit. Chacun y trouve ses références. Je ne veux pas donner un sens définitif à mon travail, cela reste ouvert et en constante évolution.

Quand vous commencez une oeuvre, quel est votre état d'esprit ?

Je fais le vide. J'adore être totalement pris par ce que je fais dans la création. C'est l'état idéal. On est en train de créer, on s'oublie, on oublie son corps, on est attentif à ce qui vient, on s'adapte au matériau.

Quelle personne vous a le plus marqué dans votre carrière d'artiste ?

Je pense que c'est François Boucq. Je le connais depuis mes 9 ans et il est un exemple pour moi. Mon parrain en quelque sorte. Il trace sa route, il sait ce qu'il veut. Il ne dévie pas et persévère. Et puis, il fait son métier de dessinateur sérieusement sans se prendre trop au sérieux. L'humour, c'est précieux !

Même si vous vivez dans le présent, quels sont vos projets ?

Étant donné que je travaille avec cinq galeries, ça m’occupe pas mal… Une à Nantes, aux Pays-Bas et en Pologne et deux à Lille : Lill'Art, rue des Vieux Murs, et Lasécu, rue Bourjembois à Lille Fives.

Donc si j’avais un projet, ce serait de précéder davantage mes expositions, faire en sorte qu'elles ne soient pas trop rapprochées et avoir du temps pour travailler sereinement, et continuer le plus longtemps possible !

Propos recueillis par Olivia Lecocq & Laurence Delacroix

#10 - LE JOURNAL À PART

Interview du Journal à part #10

Voir les commentaires

Le journal à part #10

Publié le par Frédéric Lavaud, sculpteur.

Les photos de Margaux
Les photos de Margaux
Les photos de Margaux
Les photos de Margaux
Les photos de Margaux
Les photos de Margaux
Les photos de Margaux

Les photos de Margaux

Début février j'ai reçu la visite d'Olivia Lecocq et de Margaux Lefevre qui venaient préparer un article pour le journal à part, un magazine d'épicuriens du goût.

Vins, bonnes recettes et portrait d'artiste. Le numéro 10 sort bientôt.

Ici quelques photos prises par Margaux à la maison.

Et sinon ?

Pop now ! en préparation, c'est en Pologne et c'est en mai.

Voir les commentaires

Sculpture métal : Le nuageux

Publié le par Frédéric Lavaud, sculpteur.

Le nuageux. Acier. h: 75 cm
Le nuageux. Acier. h: 75 cm
Le nuageux. Acier. h: 75 cm

Le nuageux. Acier. h: 75 cm

Il faut un bateau pour aller dans les nuages, et la marée haute aussi.

Patience

Voir les commentaires

Art Up Lille

Publié le par Frédéric Lavaud, sculpteur.

Art Up c'est fini.

C'était bien sympa de passer le week end avec Bernard et Fanny, un grand merci !

Super aussi de vous rencontrer. Quel monde !

Le succès est au rendez-vous, on continue !

Stand Lill' Art Gallery (Lille). Peintures de Bernard Kowalkzuc, bronzes de Nancy Vuylstek de Laps, tableaux photo Christophe Boulanger
Stand Lill' Art Gallery (Lille). Peintures de Bernard Kowalkzuc, bronzes de Nancy Vuylstek de Laps, tableaux photo Christophe Boulanger
Stand Lill' Art Gallery (Lille). Peintures de Bernard Kowalkzuc, bronzes de Nancy Vuylstek de Laps, tableaux photo Christophe Boulanger
Stand Lill' Art Gallery (Lille). Peintures de Bernard Kowalkzuc, bronzes de Nancy Vuylstek de Laps, tableaux photo Christophe Boulanger
Stand Lill' Art Gallery (Lille). Peintures de Bernard Kowalkzuc, bronzes de Nancy Vuylstek de Laps, tableaux photo Christophe Boulanger
Stand Lill' Art Gallery (Lille). Peintures de Bernard Kowalkzuc, bronzes de Nancy Vuylstek de Laps, tableaux photo Christophe Boulanger
Stand Lill' Art Gallery (Lille). Peintures de Bernard Kowalkzuc, bronzes de Nancy Vuylstek de Laps, tableaux photo Christophe Boulanger
Stand Lill' Art Gallery (Lille). Peintures de Bernard Kowalkzuc, bronzes de Nancy Vuylstek de Laps, tableaux photo Christophe Boulanger
Stand Lill' Art Gallery (Lille). Peintures de Bernard Kowalkzuc, bronzes de Nancy Vuylstek de Laps, tableaux photo Christophe Boulanger
Stand Lill' Art Gallery (Lille). Peintures de Bernard Kowalkzuc, bronzes de Nancy Vuylstek de Laps, tableaux photo Christophe Boulanger
Stand Lill' Art Gallery (Lille). Peintures de Bernard Kowalkzuc, bronzes de Nancy Vuylstek de Laps, tableaux photo Christophe Boulanger

Stand Lill' Art Gallery (Lille). Peintures de Bernard Kowalkzuc, bronzes de Nancy Vuylstek de Laps, tableaux photo Christophe Boulanger

Voir les commentaires

Underground

Publié le par Frédéric Lavaud, sculpteur.

Underground. Acier. h: 163 cm
Underground. Acier. h: 163 cm
Underground. Acier. h: 163 cm
Underground. Acier. h: 163 cm
Underground. Acier. h: 163 cm

Underground. Acier. h: 163 cm

Bernard Kowalczuk et moi avons travaillé sur le thème de New York stories pour le salon Art Up, lui avec deux tableaux et moi avec deux sculptures. 

Celle ci est perchée sur un échafaudage, un peu comme si on voyait les racines du bâtiment, ce qu'il y a dessous et qu'on ne voit pas habituellement.

Il a poussé et est sorti du sol puis a été investi par la population.

Et un jour sans doute il fanera ...

Voir les commentaires

Bagdad Motel

Publié le par Frédéric Lavaud, sculpteur.

Bagdad Motel. Acier, lettres bois. h: 93 cm.
Bagdad Motel. Acier, lettres bois. h: 93 cm.
Bagdad Motel. Acier, lettres bois. h: 93 cm.

Bagdad Motel. Acier, lettres bois. h: 93 cm.

Un clin d'oeil et une évocation imaginaire de Bagdad café, un film dont j'adore la photo, les décors, la musique, l'histoire, et je sais que je ne suis pas le seul.

 

Voir les commentaires

Sculpture métal Motel

Publié le par Frédéric Lavaud, sculpteur.

Motel. Acier Patiné, bois, peinture.  H: 90 cm
Motel. Acier Patiné, bois, peinture.  H: 90 cm
Motel. Acier Patiné, bois, peinture.  H: 90 cm
Motel. Acier Patiné, bois, peinture.  H: 90 cm

Motel. Acier Patiné, bois, peinture. H: 90 cm

Un motel, un endroit ou se poser quand on voyage aux Etats Unis, un endroit qui remplit une fonction simple et le fait savoir.

Celui-ci est aéré et épuré, très fonctionnel !

Art Up Lille : du 2 au 5 mars 2017. Stand C 202

Voir précédent post pour les horaires.

Voir les commentaires

Sculpture métal : L'échappée

Publié le par Frédéric Lavaud, sculpteur.

L'échappée. Acier patiné, peinture. h: 76 cm
L'échappée. Acier patiné, peinture. h: 76 cm
L'échappée. Acier patiné, peinture. h: 76 cm

L'échappée. Acier patiné, peinture. h: 76 cm

Parfois on a envie de s'échapper, n'est-ce pas ? 

C'est aussi ce que j'ai voulu faire en essayant autre chose, en crayonnant dans l'espace avec le fil de fer.  

Voir les commentaires

Sculpture pub

Publié le par Frédéric Lavaud, sculpteur.

Lavaud sculptures. Acier patiné et peint. h: 23 cm.
Lavaud sculptures. Acier patiné et peint. h: 23 cm.
Lavaud sculptures. Acier patiné et peint. h: 23 cm.

Lavaud sculptures. Acier patiné et peint. h: 23 cm.

Eh oui ! à force de mettre en scène des fausses pubs j'ai fini par m'en faire une vraie.

Elle est au 30 ème, j'utilise maintenant deux échelles pour mes sculptures.

Jusqu'à New York Stories je n'utilisais que le 20 ème, plus grand donc.

Voir les commentaires

Sculpture métal HOP

Publié le par Frédéric Lavaud, sculpteur.

HOP  acier patiné et peint. h: 72 cm.
HOP  acier patiné et peint. h: 72 cm.
HOP  acier patiné et peint. h: 72 cm.
HOP  acier patiné et peint. h: 72 cm.
HOP  acier patiné et peint. h: 72 cm.

HOP acier patiné et peint. h: 72 cm.

HOP

Presque "espoir" en anglais et aussi hop on se jette à l'eau, on y va.

Mais on peut aussi juste se poser et contempler quand on est sur HOP.

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>